L’aménagement routier : un désastre régional

19 mars 2018

L’arrêté du Conseil d’État en début du 6 décembre 2017 fait peser de lourdes incertitudes sur l’approvisionnement en roche de la Nouvelle Route du Littoral. En effet, elle remet en cause les procédures déjà longues (4 ans ) entreprises pour l’ouverture des carrières en roches massives.

Comment a-t-on pu lancer ce chantier sans garantie sur l’approvisionnement en matériaux ? L’imprévision de la Région sur ce point est largement connue. Elle est donc prise à son propre piège.

Aussi compte tenu que les ordres de service ne sont pas encore lancés pour la construction de la digue entre la Possession et la Grande Chaloupe, notre groupe renouvelle sa proposition de finaliser cette route en tout viaduc.
Pour la préservation de notre environnement cette solution est la plus raisonnable et réaliste. D’ailleurs, le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel ( CSRPN ) de la Réunion , instance constituée de 22 spécialistes locaux reconnus pour leurs compétences scientifiques, avait préconisé à l’unanimité cette option dès 2011.
S’agissant du coût, tous les matériels et les équipements constituant les plus lourds des investissements sont déjà présents sur zone. Bien sûr des études complémentaires sont nécessaires, mais en terme de délai, c’est sûrement moins périlleux qu’une nouvelle procédure de carrière.
La majorité régionale a proposé l’option d’une demi-route, avec un raccordement de 50 M€ comme échappatoire à l’imbroglio actuel. Cet aveu d’échec confirme l’improvisation permanente sur ce chantier.

Huguette BELLO
Le groupe le Rassemblement