La République en marche

19 février 2018

L’année 2018 a commencé avec un lot de catastrophes naturelles à la Réunion.
Les impacts économiques sont conséquents et nous invitent à redéfinir nos priorités en matière d’aménagement. Cilaos est toujours coupée du monde et dans le sud plusieurs familles ont dû être évacuées. Il s’agit donc de repenser l’urbanisation, d’endiguer les ravines avant tout projet d’aménagement et de construire des ponts en remplacement des trop nombreux radiers sur les axes routiers prioritaires.
Ces évènements nous rappellent que la politique de transport actuelle est inadaptée. Le tout-voiture n’est plus viable et nous devons prendre en compte les attentes de la population au-delà de nos clivages, dans l’intérêt de tous. Sur les réseaux sociaux la population marque son mécontentement et nous devons en tenir compte.
L’État et les collectivités vont se mobiliser pour panser les plaies et apporter une aide immédiate aux acteurs économiques afin de relancer l’activité. Mais agir dans l’urgence ne doit pas occulter une réflexion à long terme ! Les mesures prises pour La Réunion ont connu leurs limites et une fois encore, les spécificités de notre territoire avec ses micro-climats, ses contraintes, nous renvoient à la nécessité d’adapter les normes nationales, voire européennes. Ainsi, les engagements du Président de la République seront tenus, les réformes et les transformations profondes seront conduites...L’abrogation de l’alinéa 5 de l’article 73 de la constitution pour faciliter les adaptations locales, sera bientôt à l’ordre du jour.

Le groupe La République en marche