/ Actualité / Journal

Des mesures pour préserver l’environnement marin

Environnement Grand chantier Transport
31 mai 2018

Les potentiels impacts du chantier de la Nouvelle Route du Littoral, en particulier sur le milieu marin, ont été mis en évidence et appréhendés. Une partie de ces mesures permettra en particulier d’améliorer de manière très sensible la connaissance des espèces et de disposer d’un retour d’expérience sans équivalent en termes de travaux maritimes.

1. LES FONDS MARINS

Le projet de Nouvelle Route du Littoral s’inscrit dans un contexte écologique marin diversifié. Il s’y développe des biocénoses marine1 engendrant des niveaux d’enjeux différents mais globalement modérés. Depuis juillet 2017, 6 campagnes de suivi ont été réalisées au niveau des zones coralliennes situées au droit des travaux NRL , au niveau du banc des Lataniers et des affleurements rocheux de la Pointe du Gouffre. En complément de ces suivis en milieu naturel, des suivis ponctuels et localisés, permettent notamment de mesurer l’évolution des communautés marines au niveau de certains secteurs et/ou aménagements.
Afin que le processus de contrôle et de suivis soit le plus efficace possible , la Région Réunion a souhaité s’adjoindre des compétences de structures spécialisées, nécessairement indépendantes des entreprises de travaux, pour assurer le contrôle extérieur.

2. LES MAMMIFÈRES MARINS

Les eaux au large de nos côtes sont essentiellement fréquentées par le Grand Dauphin de l’Indo-Pacifique et la Baleine à bosse. Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral prévoit, depuis sa conception, diverses mesures pour préserver cette faune marine :


RÉDUIRE LE BRUIT

Les entreprises du chantier respectent des seuils de bruits parmi les plus contraignants au monde
4 hydrophones fixes implantés à proximité à proximité du chantier et à 20 m de profondeur mesurent le bruit sous-marin en continu et en temps réel ;
un dispositif d’alerte en temps réel en cas de dépassement des niveaux de bruit autorisés et des mesures par hydrophone embarqués effectuées de manière hebdomadaire par les entreprises ;
des dispositifs spécifiques mis en place par les entreprises pour s’affranchir des travaux bruyants sous-marins (pas de travaux bruyants pendant la saison des baleines, travaux "hors d’eau", dispositif d’éloignement des individus …).
Avant et après les travaux bruyants sous-marins, des survols ULM permettent de s’assurer de l’absence de mammifères marins. En cas de présence à proximité, les travaux ne démarrent pas.

MAINTENIR LA QUIÉTUDE DES MAMMIFÈRES MARINS DANS LES « ZONES REFUGES »  :
Cette mesure vise à maintenir et renforcer, pour la durée du chantier, les conditions de quiétude des mammifères marins dans les eaux réunionnaises, et plus particulièrement sur les secteurs concernés par les activités de de « whalewatching »2 et « whaleswimm »3.
l’équipe "Quiètude" pour la préservation des baleines, a été mise en place dans le cadre des mesures environnementales du chantier NRL. Lors de la 32ème conférence internationale de la société des cétacés (Italie, avril 2018), elle a présenté sa démarche intitulée « Y a-t-il de l’espoir pour l’observation durable des baleines et la nage avec les baleines à La Réunion, dans l’océan Indien ? Réglementation récréative et professionnelle lors de la dernière saison de reproduction des baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) ». L’objectif est de sensibiliser les acteurs (professionnels et particuliers) au respect des règles d’approche et d’observation des dauphins, des baleines et des tortues marines, et assurer l’animation et la promotion du label O2CR (Observation Certifiée Responsable des Cétacés à La Réunion) ;

➜ le rideau de bulles, isolant acoustique, sélectionné aux « European Business Awards for the Environment 2018/2019 ». Après avoir été primé fin 2017 dans la catégorie « Biodiversité et Entreprises » par le Ministère de la Transition Energétique, Grands Travaux de l’Océan Indien (GTOI), en charge de la réalisation des digues de la Nouvelle Route du Littoral, a été sélectionné aux European Business Awards for the Environment 2018/2019 » pour la mise en place de rideaux de bulles. Technique innovante, ce système permet d’abaisser de manière importante le niveau d’acoustique marine autour des activités bruyantes. Il est opérationnel sur le chantier et les résultats des mesures acoustiques démontrent une efficacité sans précédent (sur les gammes de fréquences sensibles pour les mammifères marins, 100 Hz à 1000Hz, une atténuation acoustique de -25 dB soit la protection offerte par un casque anti- bruit de chantier...).
1. Ensemble des êtres vivants d’un milieu biologique donné
2. Observation des baleines
3. Nager avec les baleines


Plus d’infos : www.nouvelleroutedulittoral.re


LE « CHEMIN DES BALEINES » AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

Au côté des acteurs locaux, la Région agit pour la préservation du sanctuaire baleinier de l’Océan Indien en place depuis 1979 et placé sous l’égide de la Commission Baleinière Internationale (CBI), en tant que zone d’interdiction de la chasse commerciale des baleines.
Lors de la Conférence Internationale sur le tourisme Durable en 2013, avec l’ensemble des îles vanilles le Président de la Région, Didier Robert, a formulé la demande d’inscription du Chemin des Baleines au patrimoine de l’UNESCO.
L’aboutissement de cette inscription permettra non seulement de promouvoir le développement écotouristique raisonné et durable dans les îles de la zone sud de l’Océan Indien , mais constituera également un argument de poids pour le maintien de la sanctuarisation de cette zone par la CBI.
C’est dans de cadre que la Région a signé en 2015 un accord cadre avec Cétamada, association de droit malgache qui oeuvre pour la conservation des mammifères marins et de leur habitat autour de Madagascar.

PHOTOS