/ Actualité / Journal

L’ambiance métisse

Grand public Culture Musique
9 mars 2018

Le Festival Liberté Métisse a accueilli des représentations aussi diversifiées et hautes en couleurs que la Réunion. La nouvelle génération, avec ses rythmes urbains teintés et créolité, a côtoyé l’ancienne génération qui a revisité les classiques de la musique réunionnaise. La musique locale a fait écho à la musique du monde dont les sonorités bien que différentes, ont semblé pourtant si familières. Une association réussie de bonne ambiance, de plaisirs partagé et de la fierté de nos racines.


VJ AWAX
ARTISTE et PRODUCTEUR


« Je suis artiste et producteur du label Run Hit. Je développe quelques artistes dont Mc Box, Orio, Elji, Métis...sur la scène réunionnaise. La Région nous a invité à participer à l’édition 2017 du Festival Liberté Métisse. On a été très étonnés et honorés de l’invitation qu’on a accepté sans sourciller ! Il y a encore quelques années, le maloya était interdit. Aujourd’hui, quelques fois, dans notre musique qui est plus jeune et urbaine avec des connotations afro, on a aussi l’impression qu’elle n’est pas la bienvenue. Alors quand on est invité sur un festival comme celui-là, on sent qu’au contraire, notre musique est acceptée. Franchement ça fait plaisir ! Et puis, de la plus petite à la plus grosse scène, ça nous apportera toujours en terme de visibilité, tout particulièrement une scène aussi importante que celle du Festival Liberté Métisse. »


TREE NITY
ARTISTES


« On est du Chaudron. On s’est retrouvé tous les trois et ensemble on fait du reggae music. C’est un style qui porte des messages positifs pour tous les âges. C’est grâce à notre grand frère Anthony Gussie, notre producteur, qu’on a eu la chance d’être là aujourd’hui. C’est notre deuxième grosse scène, mais une première sur le festival liberté métisse. C’est une belle occasion de nous présenter en live. Le festival porte des valeurs qui nous correspondent, dans lesquelles on se retrouve : la liberté, le mélange de cultures, une bonne ambiance ensemble, dans la joie et la bonne humeur, c’est le rassemblement. C’est l’occasion pour ceux qui le souhaitent de s’exprimer. »

FRANCK PACO - JAV
(JOZEFINN AUSTRAL VIEW)


« Les membres de JAV sont du Mozambique, de La Réunion, de Madagascar et de l’Afrique du Sud. On joue de la musique du monde. C’est un mélange des rythmes de l’océan Indien. Le groupe est déjà venu plusieurs fois à La Réunion, notamment pour le IOMMA, mais c’est notre première édition du Festival Liberté Métisse. Ce festival est une célébration de la région indo-océanique. C’est un très bel hommage rendu par La Réunion à la culture de la zone. Il y a beaucoup de points communs entre La Réunion et le Mozambique, il y a de très fortes connexion(s) entre nos deux territoires. Je pense que c’est lié à l’époque de l’esclavage. Quand je suis ici, j’ai l’impression d’être à la maison. Je me sens totalement en phase avec la culture musicale de l’île. »

TIKOK VELLAYE
ZARLOR NOUT PÉI


« M’a di a ou un naffair...franchement té gayar ! Té bien mélanzé, n’avait vraiment La Réunion. C’est bien ! Zot la pense tout band jeunes, moins jeunes... M’a bien aimé aussi le concept danse multi-scènes su la plage avec le coucher de soleil. Le ti l’ambians conviviale lé toujours gayar ! Avec le band frères, té un plaisir de jouer pou nou. N’avait un bon l’ambians, nou la senti a nou vraiment chez nou. »

FRÉDERIC JORON
ZARLOR NOUT PÉI


« Zarlor, c’est Tikok, Thierry et moin. Allon met l’accent, allon mont des projets pour remette un coup de charbon dans la locomotive de la musique réunionnaise. En fait, c’est un l’histoire d’amitié entre nou que l’était là et que lé entrain de prendre une dimension un peu plus fort. Lé vraiment super. L’emplacement à côté d’la mer comme ça, i don un bon cachet, lé convivial. À partir du moment que i don a nou l’occasion d’exprime a nou, ben nou rentre ! Pou moin, c’est la première fois sur le Festival. Vraiment, c’est la première fois que mi découvre et...mi regrette pas ! »

THIERRY GAULIRIS
ZARLOR NOUT PÉI


« Pou le peu que moin la vu, l’était vraiment bien, convivial ! En tous cas, pour Zarlor Nout Péi, nou la amuse à nou. I faut renouveler ! Nou lé la parce que l’a invite a nou. Mais sak lé bien ici c’est que nou partaz avec le public, nou transmet une partie de l’histoire de la musique de La Réunion, des années 80-90, que lé toujours là finalemen. Le ti peu que nou fé déjà avec Tikok et Frédéric, lé bien ! Si demain matin nou peut faire quelque chose de collectif, agrandir a li, avec un souci de qualité, serait top. »







Les aides et services associés au thème de l’article :
Culture
Musique
Grand public